resurrection-MJ

Regroupement de fans s'interrogeant sur le décès du Roi de la pop
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Détails du procès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jaliris



Féminin Messages : 22
Date d'inscription : 08/06/2010
Age : 57

MessageSujet: Détails du procès   Mar 6 Sep - 22:56

LOS ANGELES - Le 25 juin 2009, le monde entier était frappé de tristesse et de stupeur à l’annonce de la mort soudaine et mystérieuse de Michael Jackson.

Les derniers jours de la vie du chanteur seront de nouveau étalés aux yeux de tous, puisque le processus de sélection du jury, dans le cadre du procès pour homicide involontaire intenté contre le médecin personnel de Jackson, le Dr Conrad Murray, s’amorcera le 8 septembre prochain.

Au cœur de la cause que présenteront les procureurs de Los Angeles : les détails sur l’insomnie débilitante dont souffrait, depuis des années, le roi de la pop; sa dépendance à un anesthésique puissant, approuvé seulement pour les chirurgies; et, plus particulièrement, l’accès au produit en question. Les premières audiences de ce procès télévisé doivent se tenir le 27 septembre prochain.

Dépendance aux médicaments prescrits

«L’abus de médicaments prescrits est un phénomène qui dure depuis longtemps, auquel nous nous devons de mettre un terme», a estimé Barry Groveman, un ancien procureur au criminel pour la ville et le comté de Los Angeles, qui surveille de près les ramifications du procès. «Un médecin occupe un rang social élevé et, à ce titre, il est tenu de respecter des standards élevés. Le procès examinera de près ces standards», a-t-il dit.

Des photos d’autopsie du chanteur, décédé le 25 juin 2009, à l’âge de 50 ans, seront exhibées dans une salle de cour qui sera vraisemblablement remplie de partisans et de membres de la famille de Jackson, notamment sa mère de 81 ans, Katherine, et les trois enfants de Michael. Ces derniers, qui étaient présents à la mort du chanteur, pourraient également être appelés à témoigner.

«Le travail d’une mère n’est jamais terminé», a dit une Katherine, visiblement préoccupée, à des journalistes locaux. C’est elle qui se charge d’élever les enfants de son plus célèbre fils.

Sandi Gibbons, porte-parole du procureur du district de Los Angeles, a précisé que «les membres du jury seront sélectionnés parmi un bassin de 150 personnes. Les personnes choisies seront prévenues que le procès pourrait s’étirer sur trois mois». En partie pour s’épargner des frais d’environ 500 000 $, le système de justice californien a décidé de ne pas séquestrer les jurés dans des chambres d’hôtel, pendant la durée du procès. Les avocats de Murray avaient plaidé la nécessité d’isoler le jury, surtout à la lumière des commentaires enflammés émis, cet été, par des personnalités de la télévision, sur le procès ultra médiatisé de Casey Anthony.

La liste de témoins potentiels du procès en préparation compte plus de 100 noms, notamment des dizaines d’experts médicaux. Le bureau du procureur de district a entrepris des démarches contre Murray, lorsque le coroner chargé de l’autopsie de Michael Jackson a conclu à une mort résultant d’une surdose aiguë de l’anesthésique chirurgical propofol. On raconte que le chanteur qualifiait avec tendresse le produit de «lait maternel», qu’il prenait, mélangé à des sédatifs. Avant d’être fauché par le destin, Jackson préparait sa tournée de retour This is It.
Homicide involontaire

Les procureurs chercheront à convaincre le tribunal que Murray, 58 ans, a enfreint le code médical en donnant accès, à Jackson, au propofol à son domicile, et en omettant de garder le chanteur sous suivi approprié lorsque le produit lui était administré.

«Votre honneur, je suis un homme innocent», a plaidé Murray lors de son audience préliminaire, il y a six mois. Aux policiers, le médecin avait admis avoir employé l’anesthésique pour traiter l’insomnie de Jackson sur une période de deux mois, en leur affirmant qu’à son avis, les doses administrées au chanteur n’auraient pas dû lui être fatales.

Le juge Michael Pastor, de la Cour supérieure de Los Angeles, ordonna néanmoins que Murray subisse un procès pour homicide involontaire, «sur la base d’un lien direct entre les actes et les omissions du Dr Murray et la mort d’un homme dans cette affaire». Le juge Pastor retira ensuite la licence californienne de pratique médicale du cardiologue, en attendant la conclusion de son procès.

À la mort de Jackson, Murray ne travaillait pour le chanteur que depuis quelques mois. Le médecin avait fermé ses cliniques de Houston et de Las Vegas et accepté l’offre de 150 000 $ par mois des promoteurs de concerts AEG, pour servir de médecin personnel à Jackson pendant la tournée que ce dernier préparait. Il devait s’assurer que le chanteur soit suffisamment en forme pour participer à un calendrier rigoureux de répétitions exigeantes.

L’avocat de Murray, Ed Chernoff, a toujours soutenu que son client n’a rien fait de répréhensible. «Le Dr Murray ne lui a rien prescrit ou administré qui aurait dû le tuer», a-t-il dit. La défense de Murray s’articule autour d’un portrait, qu’il cherche à peindre, d’un artiste dépendant des médicaments, malade et surmené, mais si obsédé par l’idée d’un retour qu’il se poussa à entreprendre une tournée dont il était physiquement incapable de mener.

«L’essentiel de la défense sera de plaider que Michael Jackson s’était placé dans une situation désespérée et, à ce titre, avait pris des mesures désespérées qui ont mené à sa mort», a fait savoir Chernoff, dans ses arguments préliminaires.

Chernoff a soulevé la possibilité que l’insomniaque chronique ait pu s’injecter ou boire lui-même une dose supplémentaire et létale de propofol, alors qu’il était seul dans la salle de bain de sa demeure et que Murray était dans une autre pièce.
Négligence du médécin

Les déclarations d’ouverture des adjoints au procureur de district David Walgren et Deborah Brazil devraient s’attaquer d’emblée à cette défense et en arriver au cœur de la plaidoirie de la couronne, à savoir que Jackson est mort après avoir consommé un produit auquel il n’aurait pas dû avoir accès.

Leur version des faits montrera un Jackson autrement en bonne santé, qui a été victime d’un médecin négligent qui pourrait s’être procuré le puissant anesthésique de façon frauduleuse; un médecin qui prenait un appel personnel lorsque le chanteur a cessé de respirer et qui s’est montré incapable d’effectuer les manœuvres de réanimation cardiorespiratoires nécessaires.

«C’est une cause qui touchera une corde sensible générale, parce que nous connaissons tous au moins une personne qui a vécu l’enfer de la dépendance aux médicaments prescrits», a dit l’ancien procureur Groveman.

Groveman estime que la défense de Murray ne pourra éviter de faire témoigner le cardiologue. «Le jury voudra entendre la version des faits d’un membre intellectuel de la société. Un médecin est censé être un homme intelligent et il se pourrait qu’il fournisse une explication satisfaisante de ses gestes. Et je l’espère», a mentionné M. Groveman.

Par ailleurs, Katherine Jackson croit que la peine maximale de quatre ans de prison dont est passible Murray, advenant qu’il soit trouvé coupable, ne vaut pas vraiment l’épreuve psychologique d’un long procès public. «Mes sentiments sont partagés», a-t-elle dit lors d’une entrevue récente. Elle a déjà dit qu’elle prévoit être présente à tous les jours au procès, en compagnie d’autres membres de la famille, dont les sœurs de Michael, Janet et La Toya, malgré les souvenirs pénibles à revivre.

«Michael était la personne la plus gentille du monde, a dit sa mère. Ça me brise le cœur, parce que mon fils est parti pour toujours et que cet homme (Murray) cherche à s’en tirer sans assumer ses gestes.»

Détails clés du procès:

DR CONRAD MURRAY

NAISSANCE: le 19 février 1953, à Saint Andrew, sur l’île de la Grenade.

ANNÉES DE JEUNESSE: les premières années de sa vie sont passées sur l’île de la Grenade, puis il déménage à Trinidad avec sa mère, à l’âge de 7 ans. À 19 ans, il s’installe aux États-Unis pour étudier à l’Université Texas Southern, où il a été reçu avec grande distinction.

ÉTUDES MÉDICALES: faculté de médecine universitaire du Collège Meharry de Nashville, au Tennessee. Il a terminé ses études médicales en 1989 et son internat dans le même établissement, en 1993.

PRATIQUE DE LA MÉDECINE: à Houston, au Texas, et à Las Vegas, dans le Nevada. Avait également une licence de pratique en Californie.

A RENCONTRÉ MICHAEL JACKSON: lorsque le médecin a traité un des enfants de Jackson à sa clinique de Las Vegas.

ARGUMENTS DE LA DÉFENSE: Murray n’a pas administré suffisamment de l’anesthésique propofol pour tuer Jackson, et celui-ci doit s’en être procuré une dose supplémentaire, d'une source inconnue.

MURRAY: «Je suis innocent», a-t-il déclaré.

TRIBUNAL DU JUGE MICHAEL PASTOR:
Cour supérieure de Los Angeles

CAUSES PRÉCÉDENTES À SIGNALER: la cause de Jason Priestley pour ivresse au volant et celle impliquant la gestion de photos osées de Cameron Diaz.

TRAIT MARQUANT: il lit minutieusement tous les documents impliqués. En d’autres mots, rien ne lui échappe.

PROCUREURS DE DISTRICT - DAVID WALGREN et DEBORAH BRAZIL

ÂGE: 56 ans et 53 ans, respectivement.

DIVISION: Crimes graves

CAUSES PRÉCÉDENTES À SIGNALER: Walgren s’est vu attribuer, récemment, la tâche de réexaminer l’affaire Roman Polanski et de participer à l’audience d’extradition.

TRAIT MARQUANT: ils sont membres d’une véritable armée de 1056 avocats à représenter la ville.

AVOCAT DE LA DÉFENSE - ED CHERNOFF

ÂGE: 50 ans.

CONTEXTE PROFESSIONNEL: cet ancien procureur de district à Houston, au Texas, a démarré son propre cabinet de droit criminel en 1999.

CAUSES PRÉCÉDENTES À SIGNALER: lors d’un procès hautement médiatisé devant un tribunal fédéral, il n’a mis que 15 minutes pour convaincre le jury d’acquitter un homme accusé d’avoir piraté et endommagé l’ordinateur du Bureau du district de Harris County.

TRAIT MARQUANT: reconnu pour ses acquittements éclairs et la phrase, «If the print doesn’t fit,you must acquit.» Librement : «Si l’empreinte ne correspond pas, il faut prononcer l’acquittement »

D'autres faits sur le procès

SÉLECTION DU JURY: le processus doit s’amorcer le jeudi 8 septembre. Quelque 150 candidats seront retenus lors d'une présélection. Les avocats réduiront la liste à 12 personnes, en plus de deux personnes en réserve.

LE JURY SERA-T-IL SÉQUESTRÉ?: Non. Le juge Pastor avertira toutefois les journalistes de ne pas chercher à parler aux jurés, et ces derniers seront appelés à s’abstenir de tout commentaire sur l’affaire auprès des membres des médias.

DÉCLARATIONS D’OUVERTURE: pour l’instant, elles devraient se tenir le mardi 27 septembre, à la Cour supérieure de Los Angeles, au 111 N., Hill Street, dans le centre-ville de Los Angeles.

LE PROCÈS DEVRAIT SE CONCLURE D’ICI: Noël.

Définition de l’expression «homicide involontaire» — et de son équivalent canadien

Que signifie «homicide involontaire» et pourquoi ne sommes-nous pas familiers avec l’expression?

C’est qu’au Canada, l’accusation équivalente est «Négligence criminelle causant la mort». En bref, cette accusation concerne un geste qui démontre un «mépris éhonté» de la vie d’une autre personne.

C’est la moindre de nos accusations d’homicide. À l’autre bout du spectre, il y a le meurtre au premier et au second degré — des causes où typiquement, les procureurs cherchent à prouver que le meurtre était «prémédité et planifié» ou commis dans le cadre d’un délit sérieux.

La distinction entre les premier et deuxième degrés est dictée par l’occupation de la victime. Dans le cas de l’assassinat d’un policier ou d’un gardien de prison, par exemple, on parle de meurtre au premier degré. Si le meurtre ne répond pas aux critères du premier ou du second degré, l’acte est considéré comme un homicide. Le type d’accusation retenue aura une incidence cruciale sur la sentence potentielle et l’éligibilité à la libération conditionnelle de l’accusé.

En Californie, un délit d’homicide involontaire mène à une sentence de trois ans de prison, mais des facteurs atténuants peuvent réduire la peine à deux ans, alors que des facteurs aggravants peuvent faire passer la peine à quatre ans.

Les juges ont beaucoup plus de marge de manœuvre au Canada, où une personne reconnue coupable de négligence criminelle ayant causé la mort peut se voir imposer une peine allant d’une condamnation avec sursis (aucune détention) à la prison à vie (une peine ferme de 10 ans, sans libération conditionnelle). Si une arme à feu est impliquée, la peine minimale est de quatre ans de prison. Au Canada, lorsque la mort est accidentelle, la peine imposée est habituellement de moins de deux ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clea
Admin
Admin
avatar

Féminin Messages : 6424
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 49
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Détails du procès   Ven 9 Sep - 21:13

coucou Jaliris, un grand merci pour cet article qui résume très bien les choses!!!

J'espère que tu vas bien?

Bisous sunny

_________________
Cléa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Détails du procès
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» procès contre le kkk
» Comment avez-vous vécu la période du procès ? Vous êtes vous éloigné de Michael ?
» EMI vs. Leto [Récapitulatif du procès de 2008/2009]
» Procès Conrad Murray
» Trucs croustillants sur les musiciens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
resurrection-MJ :: 25 juin 2009 :: Procès meurtre de Michael-
Sauter vers: