resurrection-MJ

Regroupement de fans s'interrogeant sur le décès du Roi de la pop
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 mikl et la musique classique : Projet 2009

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
suzysuzon
Encyclopédie musicale
Encyclopédie musicale
avatar

Féminin Messages : 5420
Date d'inscription : 10/08/2009
Age : 25
Localisation : belgique

MessageSujet: mikl et la musique classique : Projet 2009   Dim 15 Jan - 23:15

Michael Jackson et son projet de musique classique.
05/12/2010 à 03h18 - mis à jour le 05/12/2010 à 12h15 | 1037 vues | 4 réactions
Merci d'avoir ce post ! Retrouvez toute l'actualité du Post sur Facebook Le compositeur David Michael Frank avec qui Michael s'était associé dans son projet d'album de musique classique vient d'apporter de nouveaux éléments concernant cet album. Pour rappel Michael avait en projet 2 albums, un album pop et un de musique classique.

2 pistes ont donc été travaillées 2 mois avant la mort de Michael, et s'apprêtaient a être achevées par un grand orchestre de 80 personnes à Londres ou à Los Angeles.

Selon le site officiel de David, une mise à jour concernant ce projet sera posté bientôt.
http://www.davidmichaelfrank.com/

Article original :
http://weblogs.baltimoresun.com/entertainment/classicalmusic/2009/07/more

"Dans un article exclusif rédigé par le Baltimore Sun, on en apprend davantage au sujet de l'album de musique classique sur lequel travaillait Michael Jackson.

Le compositeur David Michael Frank, originaire de Baltimore, qui devait se charger de l'orchestration du disque (qui, selon lui, relevait davantage de la musique de film que de la musique classique), a accepté de se confier davantage au sujet de ce projet dans une interview téléphonique :

"Il y a quatre ou cinq mois, j'ai reçu un appel de Michael Prince, un ingénieur du son travaillant de longue date avec Michael Jackson, qui m'a dit que Michael cherchait quelqu'un pour faire des arrangements orchestraux sur certains morceaux. Je pensais que c'était pour la tournée qu'il s'apprêtait à faire. Pendant les un ou deux mois qui ont suivi, il m'appelait en disant 'Michael Jackson a dit qu'il allait te téléphoner'.

Fin avril, un autre Michael, l'assistant personnel de Michael Jackson, m'a appelé et m'a demandé de venir le lendemain à 10h. Il m'a questionné sur la marque et le modèle de ma voiture. Je me suis rendu à son domicile d'Holmby Hills. J'ai conduit jusqu'à la porte d'entrée où un assistant est venu à ma rencontre et m'a dit de rentrer. Là, j'ai été accueilli par une femme habillée comme une gouvernante mais avec un turban blanc sur la tête. Elle m'a dit 'Michael Jackson ne va pas tarder à vous rejoindre'. Environ deux minutes plus tard, il a descendu les escaliers.

J'ai hésité à lui serrer la main parce que j'avais entendu dire qu'il avait peur des microbes mais il m'a immédiatement tendu la main et m'a donné une poignée de main très ferme. Il était très mince mais n'avait pas du tout l'air fragile. Il portait un costume et un chapeau. Il devait ensuite aller répéter pour la tournée. Il m'a dit 'J'ai l'impression de vous avoir déjà rencontré'. Je lui ai expliqué qu'il y a longtemps, j'avais travaillé sur une émission de télévision au Shrine Auditorium en hommage à Sammy Davis Jr [à laquelle il avait participé]. Je lui ai dit que je l'avais brièvement rencontré à cette occasion. Il m'a confié : 'Je n'oublie jamais un visage'. Puis il m'a raconté : 'Je travaille sur trois projets en parallèle'. L'un était la tournée dont le monde entier était au courant. Je crois que personne, par contre, n'était informé des deux autres : l'un devait être un album avec des chansons pop. Puis il m'a expliqué 'L'autre, c'est que je veux enregistrer un album de musique classique'.

Il m'a avoué qu'il écoutait de la musique classique en permanence, que c'était ce qu'il préférait. J'ai été impressionné par les morceaux qu'il a cités : Rodeo, Fanfare for the common man et Lincoln Portrait d'Aaron Coplan, West Side Story de Leonard Bernstein... J'ai mentionné On the Waterfront de Bernstein. Puis Michael m'a confié qu'il adorait les musiques de films d'Elmer Bernstein, citant en particulier To Kill a Mockingbird. J'ai pris conscience que tous les titres classiques qu'il mentionnait étaient très enfantins, simples et jolis, par exemple Pierre et le loup de Prokofiev, Casse-Noisette de Tchaïkovsky. Il a aussi cité Debussy à plusieurs reprises, en particulier la 1ère Arabesque et Clair de Lune. Il parlait d'une voix très douce quand nous discutions de musique mais quand il s'enthousiasmait au sujet de quelque chose, il changeait complètement. Quand il m'a confié à quel point il aimait Elmer Bernstein et que je lui ai répondu que j'appréciais la partition de Magnificent Seven, Michael s'est mis à la chanter très fort, criant presque...

Il m'a dit 'Je travaille sur un CD'. Et puis, son fils, Prince Michael, est entré et Michael lui a demandé de trouver un lecteur CD. Paris en a trouvé un et est venue l'apporter avec Prince. Michael a mis le CD. C'était de la belle musique. Il m'a dit 'Mais il manque quelque chose'. Il a mis un deuxième morceau et il a dit : 'Là aussi, il manque une partie. Mais je peux vous la fredonner'. Je lui ai demandé s'il y avait un piano dans la maison, il m'a répondu qu'il y en avait un près de la piscine. Nous y sommes allés mais Michael s'est arrêté net quand il a vu que le chien était dehors, en train de se secouer après avoir nagé dans la piscine. Il ne voulait pas qu'on se fasse éclabousser. C'était assez drôle. Michael a demandé à un employé de tenir le chien pendant qu'on allait dans la pool house.

Je me suis assis au piano et Michael m'a fredonné les mesures manquantes de l'un des morceaux. J'avais emporté un petit magnétophone numérique avec moi et je lui ai demandé si je pouvais l'enregistrer. Il chantait avec une justesse parfaite. J'ai essayé d'imaginer la partition des cordes susceptible d'accompagner ce qu'il fredonnait et il m'a dit 'Votre instinct est excellent en ce qui concerne les cordes'.

Nous avons reparlé de musique classique. J'ai joué quelques morceaux de Debussy. Michael semblait très heureux et je pense qu'il était à l'aise avec moi. Il m'a reparlé de Leonard Bernstein et j'ai joué un extrait de West Side Story. Il m'a dit qu'il avait rencontré Bernstein une fois et que Bernstein lui avait dit que c'était un grand fan de lui.

Une fois revenus dans la maison, où qu'il allait, on entendait 'Je t'aime Papa', 'Je t'aime Paris'. Ils avaient tous l'air normaux et heureux.

Michael était très impatient de voir l'orchestration effectuée sur ses morceaux et d'enregistrer la musique avec un gros orchestre. Je lui ai suggéré de le faire chez Fox, Sony ou Warner Bros. Je lui ai demandé s'il pouvait faire en sorte que quelqu'un m'appelle pour discuter du budget et il m'a répondu qu'il s'en occuperait. Quand je suis parti, il y avait plusieurs fans devant les grilles.

Par la suite, j'ai parlé avec Michael par téléphone. Il m'a demandé comment se passait le projet et je lui ai expliqué que j'attendais des nouvelles de quelqu'un pour établir le contrat. Je lui ai suggéré qu'on enregistre la musique à Londres pendant qu'il faisait ses concerts là-bas. Il a aimé l'idée et m'a de nouveau parlé d'Arabesque. J'ai transféré la musique sur mon ordinateur et j'ai commencé à travailler sur les orchestrations. Enfin, une semaine avant la mort de Michael, son manager Frank Diléo a appelé et m'a demandé de lui envoyer par e-mail le budget ainsi qu'une démo de la musique et des précisions sur le coût de l'orchestration.

Maintenant, je n'ai aucune idée de ce qui va se passer. J'espère que la famille va faire en sorte de mener ce projet à bien. Je ne leur en parlerai que lorsque j'estimerai que le moment est approprié. Je pense que chaque morceau dure entre 7 et 10 minutes. C'est plus long qu'une chanson. C'est de la très belle musique. L'une d'entre elles a une inspiration irlandaise. Je lui ai proposé d'utiliser une harpe celtique. Les morceaux feraient de bonnes musiques de films, avec une harmonie très traditionnelle et des mélodies fortes. L'un d'entre eux sonnait un peu comme du John Barry, comme la musique de Out Of Africa... Dans ma tête, j'imaginais des cordes et des cors à l'unisson.

J'avais dit à Michael que j'allais utiliser l'une des baguettes de Leonard Bernstein que j'avais acquises dans une vente aux enchères pour diriger l'orchestre quand nous ferions l'enregistrement. Je savais qu'il allait adorer. Je pense que si un jour je travaille sur cette musique, j'utiliserai cette baguette".

Traduction par Stranger In Moscow du forum MJF/cor.

Merci à Martine L. pour le partage de cet article, que je relaie pour ceux qui n'ont pas Facebook.
http://www.lepost.fr/article/2010/12/05/2329309_michael-jackson-et-son-projet-de-musique-classique.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clea
Admin
Admin
avatar

Féminin Messages : 6424
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 49
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: mikl et la musique classique : Projet 2009   Mer 18 Jan - 14:01

j'aimerais beaucoup entendre ces morceaux en tous cas, Michael était vraiment "complet"!!!!!

_________________
Cléa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
mikl et la musique classique : Projet 2009
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Victoires de la Musique Classique 2009
» Musique classique & techno
» Festival International de Musique Militaire Paris 2009
» Une carte en rapport avec la musique classique
» Guide sur les CD de musique classique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
resurrection-MJ :: LES MEMBRES :: Discussions divers-
Sauter vers: