resurrection-MJ

Regroupement de fans s'interrogeant sur le décès du Roi de la pop
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 EPISODE LE PLUS HONTEUX DU JOURNALISME

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
suzysuzon
Encyclopédie musicale
Encyclopédie musicale
avatar

Féminin Messages : 5420
Date d'inscription : 10/08/2009
Age : 25
Localisation : belgique

MessageSujet: EPISODE LE PLUS HONTEUX DU JOURNALISME   Mer 16 Juin - 18:59

Cet article est partagé grâce à une fan de MIKL qui est sur FB Merci Martine



It was five years ago today that twelve jurors unanimously acquitted Michael Jackson on various charges of child molestation, conspiracy and providing alcohol to a minor. It is difficult to know how history will remember the Michael Jackson trial. Perhaps as the epitome of western celebrity obsession. Perhaps as a 21st century lynching. Personally, I think it will be remembered as one of the most shameful episodes in journalistic history.

It's not until you find yourself digging through newspaper archives and re-watching hours of TV coverage that you truly understand the magnitude of the media's failings. It was industry-wide. No doubt, there were certain reporters and even certain publications and TV stations that overtly favored the prosecution, but many of the media's shortcomings were institutional. In a media obsessed with soundbites, how to you reduce eight hours of testimony into two sentences and remain accurate? In an era of rolling news and instant blogging, how do you resist the temptation to dash out of the courtroom at the earliest opportunity to break news of the latest salacious allegations, even if it means missing a slice of the day's testimony?

Looking back on the Michael Jackson trial, I see a media out of control. The sheer amount of propaganda, bias, distortion and misinformation is almost beyond comprehension. Reading the court transcripts and comparing them to the newspaper cuttings, the trial that was relayed to us didn't even resemble the trial that was going on inside the courtroom. The transcripts show an endless parade of seedy prosecution witnesses perjuring themselves on an almost hourly basis and crumbling under cross examination. The newspaper cuttings and the TV news clips detail day after day of heinous accusations and lurid innuendo.

It was November 18th 2003 when 70 sheriffs swooped on Michael Jackson's Neverland Ranch. As soon as news of the raid broke, news channels abandoned their schedules and switched to 24 hour coverage. When it emerged that Jackson was accused of molesting young cancer survivor Gavin Arvizo, the boy who famously held the singer's hand in Martin Bashir's 'Living With Michael Jackson', the media went into overdrive. Networks were so obsessed by the Jackson scandal that a terrorist attack in Turkey went almost entirely unreported, with only CNN bothering to broadcast George Bush and Tony Blair's joint press conference about the disaster.

All three major networks immediately set about producing hour-long specials on the Jackson case, apparently undeterred by the fact that nothing was yet known about the allegations and prosecutors weren't answering questions. CBS dedicated an episode of 48 Hours Investigates to the arrest, while NBC's Dateline and ABC's 20/20 also rushed out Jackson specials. Within two days of the Neverland raid, and before Jackson had even been arrested, VH1 announced a half-hour documentary called 'Michael Jackson Sex Scandal'.

Daily Variety described the Jackson story as "a godsend for... media outlets, particularly cable news channels and local stations looking to pump up Nielsen numbers in the final week of the all-important November sweeps."

Daily Variety was right. Celebrity-oriented news shows saw figures spike when the Jackson story hit. Viewing figures for Access Hollywood were up 10% on the previous week. Entertainment Tonight and Extra both achieved season best audience numbers and Celebrity Justice also enjoyed an 8% rise.

Newspapers reacted just as hysterically as TV stations. 'Sicko!' shrieked the New York Daily News. 'Jacko: Now Get Out Of This One' goaded the New York Post.

The Sun - Britain's biggest newspaper - ran an article titled 'He's Bad, He's Dangerous, He's History'. The piece branded Jackson an 'ex-black ex-superstar', a 'freak' and a 'twisted individual' and called for his children to be taken into care. "If he weren't a pop idol with piles of cash to hide behind," it said, "he would have been picked up years ago."

Encouraged by the audience boosts the Jackson scandal had produced, media outlets made it their mission to milk the case for all that they could. Entertainment Weekly's Tom Sinclair wrote, "Media mavens, from the tackiest tabloid reporter to the nattiest network news anchor, are in overdrive scrambling to fill column inches and airtime with Jacko scoops and talking heads."

"Pressure on news people is enormous," attorney Harland Braun told Sinclair. "So lawyers you've never heard of wind up on television talking about cases that they have no connection to."

Sinclair added, "And not just lawyers. Everyone from doctors, writers, and psychiatrists to convenience-store clerks who once waited on Jackson are weighing in on TV and in print."

While the media was busy badgering a host of quacks and distant acquaintances for their views on the scandal, the team of prosecutors behind the latest Jackson case was engaging in some highly questionable behavior - but the media didn't seem to care.

During the Neverland raid District Attorney Tom Sneddon - the prosecutor who unsuccessfully pursued Jackson in 1993 - and his officers breached the terms of their own search warrant by entering Jackson's office and seizing hoards of irrelevant business papers. They also illegally raided the office of a PI working for Jackson's defense team and lifted defense documents from the home of the singer's personal assistant.

Sneddon also appeared to be tampering with fundamental elements of his case whenever evidence came to light which undermined the Arvizo family's claims. For instance, when the DA found out about two taped interviews in which the entire Arvizo family sang Jackson's praises and denied any abuse, he introduced a conspiracy charge and claimed they'd been forced to lie against their will.

In a similar instance, Jackson's lawyer Mark Geragos appeared on NBC in January 2004 and announced that the singer had a 'concrete, iron-clad alibi' for the dates on the charge sheet. By the time Jackson was re-arraigned in April for the conspiracy charge, the molestation dates on the rap sheet had been shifted by almost two weeks.

Sneddon was later caught seemingly trying to plant fingerprint evidence against Jackson, allowing accuser Gavin Arvizo to handle adult magazines during the grand jury hearings, then bagging them up and sending them away for fingerprint analysis.

Not only did the majority of the media overlook this flurry of questionable and occasionally illegal activity on the part of the prosecution, it also seemed perfectly content to perpetuate damning propaganda on the prosecution's behalf, despite a complete lack of corroborative evidence. For example, Diane Dimond appeared on Larry King Live days after Jackson's arrest and spoke repeatedly about a 'stack of love letters' the star had supposedly written to Gavin Arvizo.

"Does anyone here... know of the existence of these letters?" asked King.

"Absolutely," Dimond replied. "I do. I absolutely know of their existence!"

"Diane, have you read them?"

"No, I have not read them."

Dimond admitted that she'd never even seen the letters, let alone read them, but said she knew about them from "high law enforcement sources". But those love letters never materialized. When Dimond said she 'absolutely knew' of their existence she was basing her comments solely on the words of police sources. At best, the police sources were parroting the Arvizos' allegations in good faith. At worst, they'd concocted the story themselves to sully Jackson's name. Either way, the story went around the world with not a shred of evidence to support it.

It was over a year between Jackson's arrest and the beginning of his trial and the media was forced to try to pad the story out for as long as they could in the interim. Aware that Jackson was bound by gag order and therefore powerless to respond, prosecution sympathizers started leaking documents such as Jordan Chandler's 1993 police statement. The media, hungry for scandal and sensationalism, pounced on them.

At the same time, allegations sold to tabloid TV shows by disgruntled ex-employees in the 1990s were constantly re-hashed and presented as news. Small details of the Arvizo family's allegations would also periodically leak.

While most media outlets reported these stories as allegations rather than facts, the sheer amount and frequency of stories connecting Jackson to ugly sexual abuse, coupled with his inability to refute them, had a devastating effect on the star's public image.

The trial began in early 2005 with jury selection. Asked by NBC about prosecution and defense jury selection tactics, Dimond said the difference was that prosecutors would be looking for jurors who had a sense of 'good versus evil' and 'right and wrong'.

No sooner had the jurors been selected than Newsweek was trying to undermine them, claiming that a middle class jury would be unable to fairly judge a family of lower class accusers. In an article titled 'Playing the Class Card' the magazine said, "The Jackson trial may hinge on something other than race. And we don't mean the evidence."

As the trial kicked into gear, it became quickly apparent that the case was full of holes. The prosecution's only 'evidence' was a stack of heterosexual porn magazines and a couple of legal art books. Thomas Mesereau wrote in a court motion, "The effort to try Mr. Jackson for having one of the largest private libraries in the world is alarming. Not since the dark day of almost three quarters of a century ago has anyone witnessed a prosecution which claimed that the possession of books by well known artists were evidence of a crime against the state."

Gavin Arvizo's brother, Star, took the stand early in the trial and claimed to have witnessed two specific acts of molestation but his testimony was completely inconsistent. Regarding one alleged act, he claimed in court that Jackson had been fondling Gavin, but in a previous description of the same incident he told a wildly different story, claiming Jackson had been rubbing his penis against Gavin's buttocks. He also told two different stories about the other alleged act on two consecutive days in court.

During cross examination Jackson's lawyer, Thomas Mesereau, showed the boy a copy of Barely Legal and repeatedly asked if it was the specific edition Jackson had shown him and his brother. The boy insisted that it was, only for Mesereau to reveal that it was published in August 2003; five months after the Arvizo family had left Neverland.

But this information went almost entirely unreported, the media focusing on the boy's allegations rather than the cross examination which undermined them. Allegations make good soundbites. Complex cross examination does not.

When Gavin Arvizo took the stand, he claimed that Jackson had instigated the first act of molestation by telling him that all boys had to masturbate or else they would turn into rapists. But Mesereau showed under cross examination that the boy had previously admitted his grandmother made that comment, not Jackson, meaning that the whole molestation story was predicated on a lie.

Under cross examination the boy severely undermined the prosecution's conspiracy charge by claiming he'd never felt afraid at Neverland and he'd never wanted to leave. His accounts of the alleged molestation also differed from his brother's.

Unfortunately for Jackson, Gavin Arvizo's cross examination was all but ignored as newspapers giggled and gossiped about what became known as 'pajama day'. On the first day of the boy's direct examination Jackson slipped in his shower, bruised his lung and was rushed to hospital. When Judge Rodney Melville ordered a bench warrant for Jackson's arrest unless he arrived within an hour, the singer sped to the courthouse in the pajama trousers he'd been wearing when he was rushed to hospital.

The photographs of Jackson in his pajamas went all over the word, often with no mention of Jackson's injury or the reason he was wearing them. Many journalists accused Jackson of faking the entire event in order to gain sympathy, although sympathetic is the last word you'd use to describe the media's reaction.

The incident didn't stop the media from sending Gavin Arvizo's lurid allegations around the world the following day. Some outlets even ran the boy's testimony as fact rather than conjecture. "He Said If Boys Don't Do It They Might Turn Into Rapists - Cancer Boy Gavin Tells Court of Jacko Sex," wrote The Mirror.

But the boy's cross examination was another story. It went almost completely unreported. Instead of stories about Gavin Arvizo's lies and the two brothers' contradictory allegations, newspaper pages were filled with snarky opinion pieces about Jackson's pajamas, even though 'pajama day' had been days previously. Thousands of words were dedicated to whether or not Jackson wore a wig and the Sun even ran an article attacking Jackson for the accessories he pinned to his waistcoats every day. It seemed like the press would write anything to avoid discussing the boy's cross examination, which severely undermined the prosecution's case.

This habit of reporting lurid allegations but ignoring the cross examination which discredited them became a distinct trend throughout Jackson's trial. In an April 2005 interview with Matt Drudge, Fox columnist Roger Friedman explained, "What's not reported is that the cross examination of these witnesses is usually fatal to them." He added that whenever anybody said anything salacious or dramatic about Jackson, the media 'went running outside to report on it' and missed the subsequent cross examination.

Drudge agreed, adding, "You're not hearing how witness after witness is disintegrating on the stand. There is not one witness, at least lately, that hasn't admitted to perjuring themselves in previous proceedings either in this case or in some other case."

This alarming trend of ignoring cross examination was perhaps most apparent in the media's coverage of Kiki Fournier's testimony. Under direct examination by the prosecution, Fournier - a Neverland housekeeper - testified that when at Neverland children often became unruly and she had sometimes seen children so hyperactive that they could, feasibly, have been intoxicated. The media scurried outside to report this apparent bombshell and missed one of the most significant pieces of testimony in the entire trial.

Under cross examination by Thomas Mesereau, Fournier said that during the Arvizo family's final weeks at Neverland - the period during which the molestation supposedly happened - the two boys' guest room had been constantly messy, leading her to believe they'd been sleeping in their own quarters all along - not Michael Jackson's bedroom.

She also testified that Star Arvizo had once pulled a knife on her in the kitchen, explaining that she did not feel it had been intended as a joke and that she thought he'd been 'trying to assert some sort of authority'.

In a devastating blow to the prosecution's increasingly hilarious conspiracy charge, Fournier laughed at the idea that anybody could be held prisoner at Neverland Ranch, telling the jurors that there was no high fence around the property and the family could have walked out at any time 'with ease'.

When Gavin and Star's mother Janet Arvizo took the stand Tom Sneddon was seen with his head in his hands. She claimed that a videotape of herself and her children praising Jackson had been scripted word for word by a German man who barely spoke English. In outtakes she was seen singing Jackson's praises then looking embarrassed and asking if she was being recorded. She said that had been scripted too.

She claimed she'd been held hostage at Neverland even though log books and receipts showed that she'd left the ranch and returned on three occasions during the period of 'captivity'. It became apparent that she was currently under investigation for welfare fraud and had also been falsely obtaining money on the back of her son's illness, holding benefits to pay for his cancer treatment when he was already covered by insurance.

Even the most ardent prosecution supporters had to admit that Janet Arvizo was a disastrous witness for the state. Except Diane Dimond, who in March 2005 seemed to use Janet Arvizo's welfare fraud (she was convicted in the wake of Jackson's trial) as roundabout proof of Jackson's guilt, signing off a New York Post article with the gob smacking line, "Pedophiles don't target kids with Ozzie and Harriet parents."

Watching their case crumble before their eyes, the prosecution applied to the judge for permission to admit evidence of 'prior bad acts'. Permission was granted. Prosecutors told the jury they would hear evidence of five former victims. But those five prior cases turned out to be even more laughable than the Arvizos' claims.

A parade of disgruntled security guards and housekeepers took the stand to testify that they had witnessed molestation, much of it carried out on three boys; Wade Robson, Brett Barnes and Macauley Culkin. But those three boys were the defense's first three witnesses, each of them testifying that Jackson had never touched them and they resented the implication.

Moreover, it was revealed that each of these former employees had been fired by Jackson for stealing from his property or had lost a wrongful termination suit and wound up owing Jackson huge amounts of money. They'd also neglected to tell the police when they supposedly witnessed this molestation, even when questioned in connection with Jordy Chandler's 1993 allegations, but subsequently tried to sell stories to the press - sometimes successfully. The more money on the table, the more salacious the allegations became.

Roger Friedman complained in an interview with Matt Drudge that the media was ignoring the cross examination of the 'prior bad acts' witnesses, resulting in skewed reporting. He said, "When Thursday started, that first hour was with this guy Ralph Chacon who had worked at the Ranch as a security guard. He told the most outrageous story. It was so graphic. And of course everybody went running outside to report on it. But there were ten minutes right before the first break on Thursday when Tom Mesereau got up and cross examined this guy and obliterated him."

The fourth 'victim', Jason Francia, took the stand and claimed that when he was a child, Jackson had molested him on three separate occasions. Pushed for details of the 'molestation', he said Jackson had tickled him three times outside his clothes and he'd needed years of therapy to get over it. The jury was seen rolling their eyes but reporters including Dan Abrams heralded him as 'compelling', predicting that he could be the witness who put Jackson behind bars.

The media repeatedly claimed that Francia's allegations had been made in 1990, leading audiences to believe that the Jordy Chandler allegations were predated. In actuality, although Jason Francia claimed that the acts of molestation occurred in 1990, he didn't report them until after the media storm over Chandler's claims, at which point his mother, Neverland maid Blanca Francia, promptly extracted $20,000 from Hard Copy for an interview with Diane Dimond and another $2.4million in a settlement from Jackson.

Moreover, transcripts from police interviews showed that the Francia had repeatedly changed his story and had originally insisted that he'd never been molested. Transcripts also showed that he only said he was molested after police officers repeatedly overstepped the mark during interviews. Officers repeatedly referred to Jackson as a 'molester'. On one occasion they told the boy that Jackson was molesting Macauley Culkin as they spoke, claiming that the only way they could rescue Culkin was if Francia told them he'd been sexually abused by the star. Transcripts also showed that Francia had previously said of the police, "They made me come up with stuff. They kept pushing. I wanted to hit them in the head."

The fifth 'victim' was Jordy Chandler, who fled the country rather than testify against his former friend. Thomas Mesereau said in a Harvard lecture later that year, "The prosecutors tried to get him to show up and he wouldn't. If he had, I had witnesses who were going to come in and say he told them it never happened and that he would never talk to his parents again for what they made him say. It turned out he'd gone into court and got legal emancipation from his parents."

June Chandler, Jordy's mother, testified that she hadn't spoken to her son in 11 years. Questioned about the 1993 case, she seemed to suffer from a severe case of selective memory. At one point she claimed she couldn't remember being sued by Michael Jackson and at another she said she'd never heard of her own attorney. She also never witnessed any molestation.

When the prosecution rested, the media seemed to lose interest in the trial. The defense case was given comparatively little newspaper space and air time. The Hollywood Reporter, which had been diligently reporting on the Jackson trial, missed out two whole weeks of the defense case. The attitude seemed to be that unless the testimony was graphic and salacious - unless it made a good soundbite - it wasn't worth reporting.

The defense called numerous fantastic witnesses; boys and girls who had stayed with Jackson time and again and never witnessed any inappropriate behavior, employees who had witnessed the Arvizo boys helping themselves to alcohol in Jackson's absence and celebrities who had also been targeted for handouts by the accuser. But little of this testimony was relayed to the public. When DA Tom Sneddon referred to black comic Chris Tucker as 'boy' during his cross examination, the media didn't bat an eyelid.

When both sides rested jurors were told that if they found reasonable doubt, they had to acquit. Anybody who had been paying attention to proceedings could see that the doubt was so far beyond reasonable it wasn't even funny. Almost every single prosecution witness either perjured themselves or wound up helping the defense. There wasn't a shred of evidence connecting Jackson to any crime and there wasn't a single credible witness connecting him to a crime either.

But that didn't stop journalists and pundits from predicting guilty verdicts, CNN's Nancy Grace leading the way. Defense attorney Robert Shapiro, who had once represented the Chandler family, stated with certainty on CNN, "He's going to be convicted." Ex-prosecutor Wendy Murphy told Fox News, "There is no question we will see convictions here."

The hysteria of the fans outside the courthouse was mirrored by that of the reporters who secured seats inside, who were so excitable that Judge Rodney Melville ordered them to 'restrain themselves'. Thomas Mesereau commented retrospectively that the media had been "almost salivating about having [Jackson] hauled off to jail."

When the jury delivered 14 'not guilty' verdicts, the media was 'humiliated', Mesereau said in a subsequent interview. Media analyst Tim Rutten later commented, "So what happened when Jackson was acquitted on all counts? Red faces? Second thoughts? A little soul-searching, perhaps? Maybe one expression of regret for the rush to judgment? Naaawww. The reaction, instead, was rage liberally laced with contempt and the odd puzzled expression. Its targets were the jurors... Hell hath no fury like a cable anchor held up for scorn."

In a post-verdict news conference Sneddon continued to refer to Gavin Arvizo as a 'victim' and said he suspected that the 'celebrity factor' had impeded the jury's judgment - a line many media pundits swiftly appropriated as they set about undermining the jurors and their verdicts.

Within minutes of the announcement, Nancy Grace appeared on CourtTV to allege that jurors had been seduced by Jackson's fame and bizarrely claim that the prosecution's only weak link had been Janet Arvizo.

"I'm having a crow sandwich right now," she said. "It doesn't taste very good. But you know what? I'm also not surprised. I thought that celebrity is such a big factor. When you think you know somebody, when you have watched their concerts, listened to their records, read the lyrics, believed they were coming from somebody's heart... Jackson is very charismatic, although he never took the stand. That has an effect on this jury.

"I'm not gonna throw a stone at the mom, although I think she was the weak link in the state's case, but the reality is I'm not surprised. I thought that the jury would vote in favor of the similar transaction witnesses. Apparently the defense overwhelmed them with the cross-examining of the mother. I think it boils down to that, plain and simple."

Grace later stated that Jackson was 'not guilty by reason of celebrity' and was seen attempting to hound jury foreman Paul Rodriguez into saying he believed Jackson had molested children. One of Grace's guests, psychoanalyst Bethany Marshall, leveled personal attacks towards one female juror, saying, "This is a woman who has no life."

Over on Fox News, Wendy Murphy branded Jackson 'the Teflon molester' and said that the jurors needed IQ tests. She later added, "I really think it's the celebrity factor, not the evidence. I don't think the jurors even understand how influenced they were by who Michael Jackson is... They basically put targets on the backs of all, especially highly vulnerable, kids that will now come into Michael Jackson's life."

Legal analyst Jeffrey Toobin told CNN that he thought the 'prior bad acts' testimony had been 'effective evidence', even though various boys at the heart of that testimony had taken the stand as defense witnesses and denied ever being molested. He also claimed that the defense had won because "they could tell a story, and juries, you know, always understand stories rather than sort of individual facts."

Only Robert Shapiro was dignified in the face of the verdicts, telling viewers that they should accept the jurors' decision because the jurors were from "a very conservative part of California and if they had no doubt, none of us should have any doubt."

The following day on Good Morning America, Diane Sawyer upheld the notion that the verdict had been influenced by Jackson's celebrity status. "Are you sure?" she pleaded. "Are you sure that this gigantically renowned guy walking into the room had no influence at all?"

The Washington Post commented, "An acquittal doesn't clear his name, it only muddies the water." Both the New York Post and the New York Daily News ran with the snide headline 'Boy, Oh, Boy!'

In her final New York Post article about the trial, Diane Dimond bemoaned the not guilty verdict, saying that it left Michael Jackson untouchable. She wrote, "He walked out of court a free man, not guilty on all counts. But Michael Jackson is so much more than free. He now has carte blanche to live his life any way he wants, with whomever he wants, because who would ever try to prosecute Michael Jackson now?"

In Britain's Sun newspaper, celebrity rent-a-gob and talking head extraordinaire Jane Moore penned an article titled 'If the jury agree Janet Arvizo is a bad mum (and she IS)... How did they let Jackson off?' It began: "Michael Jackson is innocent. Justice has been done. Or so the loony tunes gathered outside the courthouse would have us believe." She went on to question the jurors' mental capacity and dismiss the American legal system as 'half-baked'. "Nothing and no one truly emerges as a winner from this sorry mess," she finished, "least of all what they laughably call American 'justice'."

Sun contributor Ally Ross dismissed Jackson's fans as 'sad, solitary dick-wits'. Another Sun article, penned by daytime TV presenter Lorraine Kelly, titled 'Don't forget the kids still at risk... Jacko's own', overtly labeled Jackson a guilty man. Kelly - who never attended Jackson's trial - bemoaned the fact that Jackson 'got away with it', complaining that "instead of languishing in jail, Jackson is now back home in Neverland." Jackson, she concluded, was "a sad, sick loser who uses his fame and money to dazzle the parents of children he takes a shine to."

After the initial outrage, the Michael Jackson story slipped out of the headlines. There was little analysis of the not guilty verdicts and how they were reached. An acquittal was considered less profitable than a conviction.

Indeed, Thomas Mesereau said in later years that if Jackson had been convicted it would have created a 'cottage industry' for the media, generating a story a day for years to come. Long-running sagas like custody of Jackson's children, control of his financial empire, other 'victims' filing civil suits and the long-winded appeals process would have generated thousands of stories each for months, years, perhaps even decades.

Jackson's imprisonment would have created a never ending supply of gratuitous headlines; Who is visiting? Who isn't? Is he in solitary confinement? If not, who are his cellmates? What about his prison wardens? Does he have a prison pen-pal girlfriend? Can we fly a helicopter over the prison yard and film him exercising? The possibilities were endless. A bidding war was raging over who would get the first leaked images of Jackson in his cell before the jury even began its deliberations.

A not guilty verdict was not quite so lucrative. In an interview with Newsweek, CNN boss Jonathan Klein recalled watching the not guilty verdicts come in and then telling his deputies, "We have a less interesting story now." The Hollywood Reporter noted that hastily assembled TV specials about Jackson's acquittal performed badly and were beaten in the ratings by a re-run of Nanny 911.

The story was over. There were no apologies and no retractions. There was no scrutiny - no inquiries or investigations. Nobody was held to account for what was done to Michael Jackson. The media was content to let people go on believing their heavily skewed and borderline fictitious account of the trial. That was that.

When Michael Jackson died the media went into overdrive again. What drugs had killed him? How long had he been using them? Who had prescribed them? What else was in his system? How much did he weigh?

But there was one question nobody seemed to want to ask: Why?

Why was Michael Jackson so stressed and so paranoid that he couldn't even get a decent night's sleep unless somebody stuck a tube full of anesthetic into his arm? I think the answer can be found in the results of various polls conducted in the wake of Michael Jackson's trial.

A poll conducted by Gallup in the hours after the verdict showed that 54% of White Americans and 48% of the overall population disagreed with the jury's decision of 'not guilty'. The poll also found that 62% of people felt Jackson's celebrity status was instrumental in the verdicts. 34% said they were 'saddened' by the verdict and 24% said they were 'outraged'. In a Fox News poll 37% of voters said the verdict was 'wrong' while an additional 25% said 'celebrities buy justice'. A poll by People Weekly found that a staggering 88% of readers disagreed with the jury's decision.

The media did a number on its audience and it did a number on Jackson. After battling his way through an exhausting and horrifying trial, riddled with hideous accusations and character assassinations, Michael Jackson should have felt vindicated when the jury delivered 14 unanimous not guilty verdicts. But the media's irresponsible coverage of the trial made it impossible for Jackson to ever feel truly vindicated. The legal system may have declared him innocent but the public, on the whole, still thought otherwise. Allegations which were disproven in court went unchallenged in the press. Shaky testimony was presented as fact. The defense's case was all but ignored.

When asked about those who doubted the verdicts, the jury replied, "They didn't see what we saw."

They're right. We didn't. But we should have done. And those who refused to tell us remain in their jobs unchecked, unpunished and free to do exactly the same thing to anybody they desire.

Now that's what I call injustice.



http://www.huffingtonpost.com/charles-thomson/one-of-the-most-shameful_b_610258.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cheyenne

avatar

Féminin Messages : 484
Date d'inscription : 11/12/2009
Age : 64

MessageSujet: Re: EPISODE LE PLUS HONTEUX DU JOURNALISME   Mer 16 Juin - 20:43

Et la traduction...elle est restée coincée dans ton ordinateur ... Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clea
Admin
Admin
avatar

Féminin Messages : 6424
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 49
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: EPISODE LE PLUS HONTEUX DU JOURNALISME   Mer 16 Juin - 21:21

traduction:

http://fr-fr.facebook.com/notes/carole-adomeit/un-des-episodes-les-plus-honteux-de-lhistoire-du-journalisme-charles-thomson/441792612316

Démarches et liens pour soutenir Mr Charles Thomson et l'aider à faire entendre sa voix aux USA
http://www.facebook.com/editnote.php?note_id=441795867316



Un des épisodes les plus honteux de l'histoire du journalisme - publié dans le Huffingtonpost
Charles Thomson
Le 13 juin 2010


Cela fait cinq ans aujourd'hui que douze jurés ont acquitté à l'unanimité Michael Jackson accusé de pédophilie, de complot et d’avoir donné de l'alcool à un mineur.

Il est difficile de savoir comment l'histoire se souviendra du procès de Michael Jackson. Peut-être comme la quintessence de l'obsession occidentale pour la célébrité. Peut-être comme un lynchage du 21e siècle.
Personnellement, je pense qu'il restera dans les mémoires comme l'un des épisodes les plus honteux de l'histoire du journalisme.

Il faut rechercher dans les archives de journaux et regarder plusieurs fois des heures de reportage TV pour comprendre réellement l'ampleur de l’échec des médias. Cela a touché toute l'industrie. Sans aucun doute, certains journalistes et même certaines publications et certaines chaînes de télévision favorisaient ouvertement l’accusation, mais la plupart des lacunes des médias étaient institutionnelles. Avec des médias obsédés par les petites phrases, comment pouvez-vous résumer huit heures de témoignage en deux phrases en restant fidèle à ce qui s’est passé ?

Dans une ère d’information rapide et de blogs instantanés, comment pouvez-vous résister à la tentation de sortir de la salle d'audience à la première occasion pour diffuser les dernières accusations salaces, même si cela signifie manquer une partie des témoignages de la journée ?

Quand je regarde le procès de Michael Jackson, je vois des médias déchaînés. La quantité de propagande, de préjugés, de distorsion et de désinformation est presque impensable. Lorsque vous lisez les transcriptions des débats judiciaires et que vous les comparez aux coupures de presse, vous voyez que le procès qui nous a été relayé ne ressemble en rien au procès qui se déroulait dans la salle d'audience.
Les transcriptions montrent un défilé interminable de témoins à charge qui se parjurent presque toutes les heures et croulent sous les contre-interrogatoires.
Les coupures de presse et les informations télévisées détaillent jour après jour des accusations odieuses et des insinuations sinistres.

Le 18 Novembre 2003, 70 shérifs ont fait une descente dans le Ranch de Neverland de Michael Jackson. Dès que cette nouvelle a été connue, les chaînes d’informations ont abandonné leurs programmes habituels pour couvrir l’événement à plein temps.
Quand il est apparu que Jackson était accusé d'avoir molesté le jeune Gavin Arvizo, qui avait survécu à un cancer et qui tenait la main du chanteur dans le documentaire de Martin Bashir "Living With Michael Jackson", les médias ont mis les bouchées doubles. Des réseaux d’informations étaient tellement obsédés par le scandale entourant Jackson qu'une attaque terroriste en Turquie est presque passée inaperçue. Seul CNN s’est donné la peine de diffuser la conférence de presse conjointe de George Bush et Tony Blair au sujet de la catastrophe.

Les trois chaînes principales se sont aussitôt préparées à produire des émissions spéciales de plusieurs heures sur l'affaire Jackson. Elles n’étaient apparemment pas découragées par le fait que rien n'était encore connu au sujet des accusations et que les procureurs ne répondaient pas aux questions. CBS a consacré un épisode de “48 Hours Investigates” (48 Heures d’Enquêtes) à l'arrestation, tandis que Dateline sur NBC et 20/20 sur ABC aussi se sont précipités pour diffuser des émissions spéciales sur Jackson. En deux jours pendant la fouille de Neverland, et avant même que Jackson ne soit arrêté, VH1 a annoncé la diffusion d’un documentaire d’une demi-heure intitulé "Michael Jackson Sex Scandal” (Le Scandal Sexuel de Michael Jackson).

Daily Variety a qualifié l'histoire de Jackson “d’aubaine pour les médias ..., surtout pour les chaînes d’informations du câble et les chaînes locales qui cherchaient à augmenter le taux d’audience pendant la dernière semaine avec tous les événements important du mois de Novembre."

Daily Variety avait raison. Les émissions sur les célébrités ont vu leurs chiffres décoller quand l'histoire de Jackson est sortie. Le taux d’audience de “Access Hollywood” a augmenté de 10% par rapport à la semaine précédente. “Entertainment Tonight” et “Extra” ont tous deux réalisé la meilleure audience de la saison et “Celebrity Justice” a également connu une hausse de 8%.

Les journaux ont réagi de façon aussi hystérique que les chaînes de télévision. “Il est fou !” s’est écrié le New York Daily News. "Jacko : Essaye de t’en tirer cette fois-ci” a écrit le New York Post.

The Sun - le plus grand journal de Grande-Bretagne - a publié un article intitulé “He’s Bad, He’s Dangerous” (Il est Mauvais, Il est Dangereux). Le texte décrivait Jackson comme un “ex-noir, ex-superstar”, un “monstre de foire” et un “individu tordu” et a lancé un appel pour que ses enfants lui soient retirés. "S'il n'était pas une star de la pop avec une montagne d'argent pour se cacher derrière, disait l’article, "il aurait été arrêté il y a des années."

Encouragés par la hausse d’audience que le scandale autour de Jackson avait entraîné, les médias se sont donnés pour mission de profiter de l’affaire le plus possible. Tom Sinclair de Entertainment Weekly a écrit, “Les gourous des médias, du journaliste à sensation le plus vulgaire aux réseaux d’informations les plus chics, redoublent d’efforts pour remplir des colonnes de journaux et gagner du temps d'antenne avec des scoops sur Jacko."

“La pression sur les journalistes est énorme”, a dit le procureur Harland Braun à Sinclair. “Par conséquent, des avocats dont on avait jamais entendu parler apparaissent à la télévision pour parler d’affaires avec lesquelles ils n'ont aucun lien."

Sinclair a ajouté : “Et pas seulement les avocats. Tous ceux qui ont un jour été au service de Jackson, des médecins, des écrivains, des psychiatres et même des employés de magasins passent à la télévision et dans les journaux."

Alors que les médias étaient occupés à harceler une foule de charlatans et des connaissances éloignées pour obtenir leur point de vue sur le scandale, l'équipe de procureurs dans la dernière affaire Jackson a eu un comportement très discutable - mais les médias ne semblaient pas s'en soucier.

Au cours de la fouille de Neverland, le procureur général, Tom Sneddon, qui avait essayé de poursuivre Jackson en vain en 1993, et ses officiers, ont violé les termes de leur propre mandat de perquisition en entrant dans le bureau de Jackson et en saisissant des tonnes de papiers sans rapport avec l’enquête. Ils ont également perquisitionné illégalement le bureau d'un détective privé qui travaillait pour l'équipe de défense de Jackson et ont pris des documents de la défense dans la maison de l'assistant personnel du chanteur.

Sneddon modifiait également des éléments fondamentaux de son affaire chaque fois qu’une preuve était révélée et qui démentait les accusations de la famille Arvizo. Par exemple, quand le procureur a découvert deux enregistrements dans lesquels toute la famille Arvizo chante les louanges de Jackson et nie tout abus, il a présenté une accusation de complot et a affirmé qu'ils avaient été contraints de mentir contre leur gré.

Nous pouvons donner un autre exemple similaire : l'avocat de Jackson, Mark Geragos, est apparu sur la chaîne NBC en Janvier 2004 et a annoncé que le chanteur avait un “alibi en béton armé” pour la date figurant sur l'acte d'accusation. Au moment où Jackson a été de nouveau interpellé en avril pour l'accusation de complot, les dates d’agression sur la feuille d’inculpation avaient été repoussées de près de deux semaines.

Sneddon a ensuite été pris en train d’essayer d’utiliser des empreintes digitales comme preuve contre Jackson, lorsqu’il a demandé à l’accusateur Gavin Arvizo de tenir des magazines pour adultes au cours d’une audience devant un grand jury. Il les a ensuite mis dans des sacs et les a envoyés pour faire analyser les empreintes digitales.

Non seulement la plupart des médias ont ignoré ce débordement d'activité douteuse et parfois illégale de la part de l’accusation, mais ils semblaient aussi parfaitement heureux de continuer une propagande accablante de la part de l’accusation, malgré une absence totale de preuves corroborantes. Par exemple, Diane Dimond est passée dans l’émission “Larry King Live” après l'arrestation de Jackson et a parlé à maintes reprises d’une “pile de lettres d'amour” que la star aurait écrites à Gavin Arvizo.

"Est-ce quelqu'un ici ... a connaissance de l'existence de ces lettres ?” a demandé King.

“Absolument”, a répondu Dimond. “Moi. Je suis absolument certaine de leur existence !”

"Diane, les avez-vous lu ?”

"Non, je ne les ai pas lu."

Dimond a admis qu'elle n'avait même jamais vu les lettres mais “que ses sources étaient des forces de l’ordre haut placées”. Mais on n’a jamais retrouvé ces lettres d'amour. Lorsque Dimond dit qu'elle était absolument certaine de leur existence, elle fondait ses commentaires uniquement sur les paroles des sources policières. Au mieux, les sources policières répétaient de bonne foi les accusations de la famille Arvizo. Au pire, ils avaient eux-mêmes inventé l'histoire pour salir le nom de Jackson. Quoi qu'il en soit, l'histoire a fait le tour du monde sans la moindre preuve à l'appui.

Il s’est passé plus d'un an entre l'arrestation de Jackson et le début de son procès et les médias ont été contraints, dans l'intervalle, d’entretenir l'histoire aussi longtemps qu'ils le pouvaient. Conscients du fait que Jackson ne pouvait pas parler à cause de l’enquête en cours, et qu’il était donc incapable de réagir, les sympathisants de l’accusation ont sorti des documents tels que la déclaration de Jordan Chandler à la police en 1993. Les médias, avides de scandale et de sensationnalisme, se sont jetés dessus.

Dans le même temps, des histoires vendues à des émissions de télévision tabloïd par d'anciens employés mécontents dans les années 1990 ont été reprises sans cesse et présentées comme informations. Des petits détails de l’affaire Arvizo sortaient aussi périodiquement.

Bien que la plupart des médias racontaient ces histoires comme étant des accusations et non des faits, la quantité et la fréquence des histoires reliant Jackson à des abus sexuels, ainsi que son incapacité à les réfuter, eu un effet dévastateur sur l'image publique de la star.

Le procès a commencé au début de l’année 2005 avec la sélection du jury. Interrogée par NBC au sujet des tactiques de sélection du jury de l’accusation et de la défense, Dimond a dit que la différence était que les procureurs recherchaient des jurés qui avaient le sentiment “du bien du mal”.

Les jurés venaient à peine d’être sélectionnés, que Newsweek a essayé de leur porter atteinte, en soulignant qu’un jury de classe moyenne serait incapable de juger équitablement une famille d’accusateurs de classe inférieure. Dans un article intitulé “Jouer la carte de la classe” le magazine a précisé : "Il se pourrait que le procès de Jackson dépende d’autre chose que de la race. Et nous n'entendons pas par là des preuves."

Alors que le procès avançait, il est vite devenu évident que l'affaire était pleine de trous. La seule “preuve” de l'accusation était une pile de magazines pornos hétérosexuels et quelques livres d'art. Thomas Mesereau a écrit dans un document de justice, “L'effort fait pour poursuivre Mr. Jackson pour avoir l’une des plus importantes bibliothèques privées au monde est alarmant”. Jamais depuis trois quarts de siècle, on avait entendu un procureur dire que la possession de livres d'artistes bien connus était la preuve d'un crime contre l'État. "

Le frère de Gavin Arvizo, Star, est venu à la barre au début du procès et a affirmé avoir été témoin de deux actes d'agression sexuelle, mais son témoignage était complètement incohérent. En ce qui concerne un acte présumé, il a affirmé à la cour que Jackson avait caressé Gavin, mais dans une description précédente du même incident, il a raconté une histoire très différente, affirmant que Jackson avait frotté son pénis contre les fesses de Gavin. Il a également raconté deux histoires différentes sur l’acte présumé lors de deux audiences consécutives au tribunal.

Pendant le contre-interrogatoire, l’avocat de Jackson, Thomas Mesereau, a montré à l'enfant une copie de Barely Legal et lui a demandé plusieurs fois si c'était l'édition spécifique que Jackson leur avait montrée à lui et à son frère. Le garçon a affirmé qu'il s’agissait bien de l’édition, mais Mesereau a révélé que le magazine avait été publié en août 2003, cinq mois après que la famille Arvizo ait quitté Neverland.

Mais cette information n’a presque pas été rapportée, les médias se concentraient sur les accusations de l'enfant plutôt sur que le contre-interrogatoire qui les compromettait. Les accusations font des petites phrases qui sonnent bien. Pas les contre-interrogatoires complexes.

Lorsque Gavin Arvizo a pris la parole, il a affirmé que Jackson avait provoqué la première agression en lui disant que tous les garçons devaient se masturber sinon ils deviennent des violeurs. Mais Mesereau a montré dans le contre-interrogatoire que le garçon avait déjà admis que c’était sa grand-mère qui avait fait ce commentaire, et non Jackson, ce qui signifie que l'histoire d’agression reposait sur un mensonge.

Lors du contre-interrogatoire, l'enfant a gravement compromis l’accusation de complot en affirmant qu'il n'avait jamais eu peur à Neverland et qu'il n'avait jamais voulu partir. Sa version de la prétendue agression sexuelle était différente de celle de son frère.

Malheureusement pour Michael Jackson, le contre-interrogatoire de Gavin Arvizo a été complètement ignoré quand les journaux se sont moqués et ont parlé de ce qui est devenu la fameuse “journée du pyjama”. Le premier jour l’interrogatoire direct de l'enfant, Jackson a glissé dans sa douche, il s’est bléssé au poumon et a été transporté à l'hôpital. Lorsque le juge Rodney Melville a ordonné un mandat d'arrestation contre Jackson à moins qu'il n’arrive dans l’heure, le chanteur s’est précipité au tribunal portant le bas de pyjama qu'il avait quand il a été transporté à l'hôpital.

Les photos de Jackson en pyjama ont fait le tour du monde, souvent sans mention de sa blessure ou de la raison pour laquelle il le portait. De nombreux journalistes ont accusé Jackson de simuler afin de gagner la sympathie, bien que sympathique est le dernier mot à utiliser pour décrire la réaction des médias.

L'incident n'a pas empêché les médias de diffuser les accusations sinistres de Gavin Arvizo dans le monde entier le lendemain. Certains médias ont même décrit le témoignage de l'enfant comme un fait et non une conjecture. The Mirror a écrit : “Il a dit que si les garçons ne le font pas, ils peuvent devenir des violeurs, a dit Gavin, le garçon atteint d’un cancer, au tribunal.

Mais le contre-interrogatoire de l'enfant fut une autre histoire. Les médias n’ont presque pas rapporté à ce sujet. Au lieu de raconter les mensonges de Gavin Arvizo et les accusations contradictoires des deux frères, les journaux étaient remplis d’articles au sujet du pyjama de Jackson, bien que la journée pyjama ait eu lieu plusieurs jours auparavant. Des milliers de mots ont été écrits pour savoir si oui ou non Jackson portait une perruque et The Sun a même publié un article se moquant des accessoires que Jackson épinglait sur son gilet chaque jour. Il semble que la presse faisait tout pour éviter de parler du contre-interrogatoire de l'enfant, qui a nuisait gravement à l'accusation.

Cette habitude d’écrire sur de sinistres accusations, tout en ignorant le contre-interrogatoire qui les discréditait est devenue une tendance tout au long du procès Jackson. Dans une interview de Matt Drudge en avril 2005, le chroniqueur Roger Friedman de Fox a expliqué : “Ce qui n'est pas dit, c'est que le contre-interrogatoire de ces témoins leur est habituellement fatal." Il a ajouté que chaque fois que quelqu'un dit quelque chose de salace sur Jackson, les médias se précipitaient dehors pour raconter l’histoire et a manquaient la suite du contre-interrogatoire.

Drudge approuva, ajoutant : “On ne vous dit pas comment les témoins se font démolir les uns après les autres à la barre. Il n’existe pas un témoin, qui n'a pas admis s’être parjuré dans une précédente procédure, soit dans cette affaire ou dans une autre."

Cette tendance alarmante d'ignorer le contre-interrogatoire fut peut-être plus évidente dans la couverture médiatique du témoignage de Kiki Fournier. Pendant l'interrogatoire par l'accusation, Fournier - femme de ménage de Neverland - a témoigné que lorsqu’ils étaient à Neverland, les enfants étaient souvent indisciplinés et parfois des enfants étaient si hyperactifs qu'ils étaient peut-être intoxiqués. Les médias se sont précipités à l'extérieur pour raconter cette bombe apparente et ont manqué l'un des témoignages les plus importants de tout le procès.

Lors du contre-interrogatoire de Thomas Mesereau, Fournier a dit que pendant les dernières semaines que famille Arvizo a passé à Neverland - période pendant laquelle l'agression sexuelle est supposée avoir eu lieu – la chambre des deux garçons était constamment en désordre, lui faisant croire qu'ils avaient dormis dans leur propres chambres tout le temps – et non dans la chambre de Michael Jackson.

Elle a également témoigné que Star Arvizo avait pointé un couteau sur elle dans la cuisine, expliquant qu'elle n’avait pas eu l’impression que c’était une blague et qu'elle pensait qu'il avait essayé “d’imposer une sorte d'autorité”.

En un coup dévastateur pour l'accusation de complot de plus en plus ridicule, Fournier se mit à rire à l'idée que quelqu’un ait pu être retenu prisonnier au Ranch de Neverland, et a expliqué aux jurés qu'il n'y avait pas de clôture haute autour de la propriété et que la famille aurait pu partir facilement à tout moment.

Lorsque la mère de Gavin et de Star, Janet Arvizo, est venue à la barre, on a vu Tom Sneddon tenir sa tête dans ses mains. Elle a affirmé qu’un enregistrement vidéo où elle et ses enfants disent du bien Jackson avait été scénarisé mot pour mot par un homme allemand qui parle à peine anglais. Dans les scènes coupées, on la voit chanter les louanges de Jackson, puis l'air gêné elle demande si elle était enregistrée. Elle a dit que cela aussi avait été scripté.

Elle a affirmé qu'elle avait été retenue en otage à Neverland, bien que les registres et les reçus montraient qu'elle avait quitté le ranch et y était retournée à trois reprises pendant de la période de “captivité”. On a découvert qu'elle faisait alors l’objet d’une enquête pour fraude à l’aide sociale et qu’elle touchait également de l'argent frauduleusement pour la maladie de son fils, touchant des prestations pour payer son traitement contre le cancer qui était déjà couvert par une assurance.

Même les partisans les plus ardents de l’accusation ont dû admettre que Janet Arvizo était un témoin désastreux. Sauf Diane Dimond, qui, en Mars 2005, semblait utiliser la fraude sociale de Janet Arvizo (elle a été condamnée au début du procès de Jackson) comme preuve de la culpabilité de Jackson, signant un article du New York Post qui disait : "les pédophiles ne ciblent pas les enfants d’Ozzie et de Harriet "

Voyant leur affaire s'effondrer devant leurs yeux, les procureurs ont demandé au juge l'autorisation d’apporter des preuves d’affaires précédentes. L'autorisation a été accordée. Les procureurs ont dit aux jurés qu'ils allaient entendre les témoignages de cinq anciennes victimes. Mais ces cinq affaires précédentes se sont avérées être encore plus risibles que les affirmations des Arvizos.

Des gardes de sécurité et des femmes de ménage mécontents sont venus à la barre pour dire qu'ils avaient été témoins d’agression sexuelle sur trois garçons : Wade Robson, Brett Barnes et Macauley Culkin. Mais ces trois garçons étaient les trois premiers témoins de la défense, chacun d'eux a témoigné que Jackson ne les avait jamais touchés.

De plus, il a été révélé que ces anciens employés avaient été licenciés par Jackson pour vol sur sa propriété et avaient perdu un procès pour licenciement abusif et devaient de grosses sommes d’argent à Jackson. Ils avaient également négligé de parler à la police quand ils avaient été témoins de cette agression sexuelle, même lorsqu'on les a interrogé dans le cadre des accusations de Jordy Chandler en 1993. Mais ensuite ils ont tenté de vendre leurs histoires à la presse - parfois avec succès. Plus il y avait d’argent en jeu, plus les accusations devenaient salaces.

Roger Friedman s'est plaint dans une interview avec Matt Drudge que les médias ignoraient le contre-interrogatoire des “témoins dans les affaires précédentes”, et que cela donnait lieu à des reportages biaisés. Il dit : “Jeudi a commencé avec cet homme, Ralph Chacon, qui avait travaillé au ranch comme gardien de sécurité. Il a raconté une histoire des plus scandaleuses. C’était tellement graphique. Et bien sûr, tous se sont précipités dehors pour la raconter. Mais il restait dix minutes avant la première pause, jeudi quand Tom Mesereau s’est levé et a contre-interrogé cet homme et l’a démoli."

La quatrième “victime”, Jason Francia, a témoigné et a affirmé que quand il était enfant, Jackson l'avait agressé à trois reprises. Poussé à donner plus de détails sur l’agression, il a dit que Jackson l’avait chatouillé trois fois sans ses vêtements et qu’il lui avait fallu des années de thérapie pour s'en remettre. On a vu les jurés rouler leurs yeux, mais les journalistes, y compris Dan Abrams, l’ont trouvé “convaincant”, prédisant qu'il pourrait être le témoin qui pourrait mettre Jackson derrière les barreaux.

Les médias ont affirmé plusieurs fois que les accusations de Francia avaient été faites en 1990, faisant croire au public que les accusations de Jordy Chandler avaient un précédent. En réalité, bien que Jason Francia a prétendu que l’agression a eu lieu en 1990, il ne l’a signalée qu'après la tempête médiatique créée par Chandler, au moment où sa mère, Blanca Francia, employée à Neverland, a obtenu 20.000 de dollars de Hard Copy pour une interview avec Diane Dimond et 2.4 millions de dollars dans un règlement avec Jackson.

En outre, les transcriptions des entretiens avec la police ont montré que Francia a changé son histoire à plusieurs reprises et avait initialement insisté sur le fait qu'il n'avait jamais été agressé. Les transcriptions ont également montré qu’il avait dit avoir été agressé après que des policiers le pousse au cours des entrevues. Les policiers ont qualifié Jackson “d’agresseur” à plusieurs reprises. À un moment, ils ont dit au garçon que Jackson s’en prenait à Macauley Culkin à l’heure où ils parlaient, affirmant que pour sauver Culkin il fallait que Francia leur dise qu'il avait été abusé sexuellement par la star. Les transcriptions ont également montré que Francia avait dit de la police : "Ils m'ont fait dire ces choses. Ils n’ont pas arrêté de me pousser à dire cela. Je voulais les frapper à la tête."

La cinquième “victime” était Jordy Chandler, qui a quitté le pays plutôt que de témoigner contre son ancien ami. Thomas Mesereau a déclaré dans une conférence à Harvard plus tard cette année là : “Les procureurs ont essayé de le faire venir mais il n’est pas venu. S'il était venu, j’avais des témoins qui pouvaient témoigner qu'il leur avait dit que rien ne s’était jamais produit et qu’il ne parlerait plus jamais à ses parents à cause de ce qu’ils lui ont fait faire. Il a finalement obtenu son émancipation."

June Chandler, la mère de Jordy, a témoigné qu'elle n'avait pas parlé à son fils depuis 11 ans. Interrogée sur l'affaire de 1993, elle semblait souffrir d'un cas sévère de mémoire sélective. À un moment, elle a affirmé qu'elle ne se souvenait pas qu’elle avait été poursuivie en justice par Michael Jackson et à un autre elle a dit qu'elle n'avait jamais entendu parler de son propre avocat. Elle n’a jamais été témoin d’aucune agression.

Lorsque l'accusation se reposait, les médias semblaient se désintéresser du procès. Les journaux et la télévision parlaient peu de la défense. The Hollywood Reporter, qui couvrait le procès de Jackson avec diligence, a manqué deux semaines entières quand c’était le tour de la défense. On avait l’impression que si le témoignage n’était pas graphique ni salace, cela ne valait pas la peine de faire un reportage.

La défense a appelé de nombreux témoins fantastiques : des garçons et des filles qui étaient restés avec Jackson et n’avaient jamais vu de comportement inapproprié, des employés qui avaient vu les garçons Arvizo prendre eux-mêmes de l'alcool en l'absence de Jackson et des célébrités qui avaient également été la cible de l’accusateur. Mais ce témoignage a été peu relayé au public. Lorsque le procureur général Tom Sneddon a fait référence au comique noir Chris Tucker en disant le “garçon” au cours de son contre-interrogatoire, les médias n'ont pas bronché.

Lorsque les deux côtés ont fini de parler, on a dit aux jurés que s’ils avaient un doute raisonnable, ils devaient prononcer l'acquittement. Tous ceux qui avaient fait une attention à la procédure pouvaient voir que le doute était bien au-delà de raisonnable, ce n’était même pas drôle. Presque tous les témoins à charge s’étaient parjurés ou avaient aidé la défense. Il n'y avait pas la moindre preuve reliant Jackson à un crime et il n'y avait pas un seul témoin crédible le reliant à un crime non plus.

Mais cela n'a pas empêché les journalistes et les experts de prédire un verdict de culpabilité, Nancy Grace de CNN en tête. L’Avocat de la défense Robert Shapiro, qui avait déjà une fois représenté la famille Chandler, a déclaré avec certitude sur CNN : "Il va être condamné." L’Ex-procureur Wendy Murphy a dit à Fox News : “Nous allons sans aucun doute voir une condamnation ici."

L'hystérie des fans à l'extérieur du palais de justice était reflétée par celle des journalistes qui retenaient leur siège à l'intérieur. Ils étaient si excités que le juge Rodney Melville leur a ordonné de “se retenir”. Thomas Mesereau a commenté rétrospectivement que les médias “salivaient presque” à l’idée que Jackson aille en prison."

Lorsque le jury a rendu 14 verdicts “non coupable”, les médias ont été "humiliés", a déclaré Mesereau dans un entretien ultérieur. L’analyste Tim Rutten a commenté plus tard : “Alors, qu’a-t’on vu lorsque Jackson a été acquitté pour tous les chefs d’accusation ? Des visages rouges ? Des doutes ? Un peu d'introspection, peut-être ? Peut-être une expression de regret pour avoir fait un jugement trop hâtif ? Naaannnn. Au lieu de cela, la réaction a été largement de la colère mélangée à du mépris et de la perplexité. La cible des médias était les jurés ...

Lors d’une conférence de presse après le verdict, Sneddon a continué de se référer à Gavin Arvizo comme à une “victime” et a déclaré qu'il soupçonnait que le “facteur de célébrité” avaient entravé le jugement du jury – de nombreux médias ont vite repris cette réaction alors qu’ils se sont mis à minimiser les jurés et leurs verdicts.

Quelques minutes après l'annonce, Nancy Grace est apparue sur CourtTV pour dire que les jurés avaient été séduits par la renommée de Jackson et pour affirmer bizarrement que le seul maillon faible de l’accusation était Janet Arvizo.

“J’ai du mal à digérer cela”, dit-elle. “Mais je ne suis pas surprise. Je pensais que la célébrité est un facteur important. Quand vous croyez connaître quelqu'un, quand vous avez vu ses concerts, écouté ses disques, lu ses paroles, vous pensez qu’elles venaient du cœur de quelqu'un ... Jackson est très charismatique, bien qu’il n’ait pas témoigné. Cela a eu un effet sur ce jury.

"Je ne vais pas jeter la pierre à la mère, mais je crois qu'elle a été le maillon faible dans l’affaire, mais la réalité est que je ne suis pas surprise. Je pensais que le jury voterait en faveur des témoins. Apparemment, la défense les a accablé avec le contre-interrogatoire de la mère. Je pense que tout se résume à cela, purement et simplement."

Grace a déclaré plus tard que Jackson était “non coupable en raison de la célébrité” et on l’a vu essayer de faire dire au responsable des jurés, Paul Rodriguez, qu'il croyait que Jackson avait agressé des enfants. L'une des invités de Grace, la psychanalyste Bethany Marshall, a porté des attaques personnelles contre un membre du jury féminin, en disant: “C'est une femme qui n'a pas de vie."

De plus sur Fox News, Wendy Murphy a appelé Jackson “l'agresseur Teflon” et a déclaré que les jurés avaient besoin de tests de QI. Plus tard, elle a ajouté : “Je pense vraiment que c'est le facteur de célébrité, pas la preuve. Je ne pense pas que les jurés comprennent même à quel point ils ont été influencés par la personnalité de Michael Jackson... En fait, ils ont mis des cibles sur le dos de tous, en particulier des très vulnérables, les enfants qui vont maintenant entrer dans la vie de Michael Jackson."

L’Analyste juridique Jeffrey Toobin a déclaré à CNN qu'il pensait que le “témoignage sur les affaires précédentes” était “une preuve réelle”, bien que plusieurs garçons au cœur de ce témoignage soient venus comme témoins de la défense et aient nié avoir jamais été agressés. Il a également affirmé que la défense avait gagné parce “qu’ils ont pu raconter une histoire, et les jurés, vous le savez, comprennent toujours des histoires plutôt que des faits individuels."

Seul Robert Shapiro est resté digne après les verdicts, disant aux téléspectateurs qu'ils devaient accepter la décision des jurés, car les jurés venaient “d’une partie très conservatrice de la Californie et que s’ils n’avaient aucun doute, aucun de nous ne devrait avoir de doute."

Le lendemain, dans Good Morning America, Diane Sawyer a soutenu que le verdict avait été influencé par le statut de célébrité de Jackson. "Etes-vous sûr ?" a-t’elle plaidé. "Etes-vous sûr que cet homme à la renommée gigantesque qui est entré dans la salle n'a eu aucune influence du tout ?"

Le Washington Post a déclaré : “Un acquittement ne lave pas son nom, il trouble l'eau." Le New York Post et le New York Daily News ont publié ce titre sarcastique : “Boy, Oh, Boy!”

Dans son dernier article pour le New York Post au sujet du procès, Diane Dimond a déploré le verdict de non culpabilité, en disant qu’il rendait Michael Jackson intouchable. Elle a écrit : “Il est sorti du tribunal en homme libre, non coupable pour tous les chefs d’accusation. Mais Michael Jackson est beaucoup plus que libre. Il a maintenant carte blanche pour vivre sa vie comme bon lui semble, avec qui il veut, car qui essayerait maintenant de poursuivre Michael Jackson ? "

Dans le journal britannique “Sun”, Jane Moore a écrit un article intitulé : “Si le jury convient que Janet Arvizo est une mauvaise mère (et elle l’est) ... comment ont-ils laissé Jackson libre ?” L’article commençait ainsi : "Michael Jackson est innocent. Justice a été faite. Ou c’est ce que les personnes rassemblées devant le palais de justice voudraient nous faire croire." Elle a poursuivi en remettant en question la capacité mentale des jurés et en qualifiant le système judiciaire américain de “à moitié cuit”. "Rien ni personne ne sort véritablement gagnant de cette histoire". Elle a terminé ainsi : “ce qu'ils appellent de façon risible la justice américaine."

Un journaliste du Sun, Ally Ross, a qualifié les fans de Jackson “d’esprits tristes et solitaires”. Un autre article du Sun, écrit par la présentatrice de télévision Lorraine Kelly, et intitulé “N’oublions pas que les enfants sont toujours en danger ... Ceux de Jacko”, a dit ouvertement que Jackson était un homme coupable. Kelly - qui n’a jamais assisté au procès de Jackson - a déploré le fait que Jackson “s’en soit tiré “, et s’est plaint que “au lieu de languir en prison, Jackson était de retour chez lui à Neverland. Elle a conclu en disant : “Jackson est un perdant triste et malade qui utilise sa célébrité et son l'argent pour éblouir les parents des enfants qui l’intéressent.”

Après le scandale initial, l'histoire de Michael Jackson a quitté la une des journaux. Il y a eu peu d'analyses des verdicts non coupable et de la façon dont ils ont été rendus. Un acquittement était moins rentable qu’'une condamnation.

En effet, Thomas Mesereau a dit plus tard que si Jackson avait été condamné, cela aurait créé une industrie pour les médias, générant une nouvelle histoire chaque jour pendant des années. D’interminables sagas comme la garde des enfants de Jackson, le contrôle de son empire financier, d'autres “victimes” faisant des poursuites civiles et le processus d’appel, tout cela aurait généré des milliers d'histoires pour des mois, des années, voire décennies.

L’emprisonnement de Jackson aurait créé une ressource sans fin de titres : Qui lui rend visite ? Qui ne lui rend pas visite ? Est-il à l'isolement ? Si non, qui sont ses compagnons de cellule ? Qu'en est-il de ses gardiens de prison ? A-t-il une petite amie épistolaire ? Peut-on voler en hélicoptère au-dessus de la cour de la prison pour le filmer en train de faire du sport ? Les possibilités étaient infinies. Une guerre d'enchères faisait rage pour savoir qui obtiendrait les premières images de Jackson dans sa cellule avant même que le jury ait commencé ses délibérations.

Un verdict de non culpabilité n'était pas aussi lucratif. Dans une interview avec Newsweek, le patron de CNN, Jonathan Klein, se souvient avoir entendu les verdicts non coupable, il a alors dit à ses collaborateurs : “Nous avons une histoire moins intéressante maintenant." The Hollywood Reporter a remarqué que les émissions TV spéciales préparées à la hâte sur l'acquittement de Jackson ont fait de mauvais résultats et ont eu moins d’audience qu’une rediffusion de Nanny 911.

L'histoire était terminée. Il n'y a pas eu d’excuses ou de rétractation. Il n'y pas eu de vérification - aucune enquête. Personne n'a été tenu de rendre compte de ce qu’on avait fait à Michael Jackson. Les médias ont laissé les gens croire à leurs reportages fortement biaisés du procès. C’était tout.

Lorsque Michael Jackson est mort les médias se sont déchaîné à nouveau. Quels sont les médicaments qui l’avaient tué ? Pendant combien de temps les a-t’il pris ? Qui les avait prescrit ? Qu’y avait-il d'autre dans son système ? Combien pesait-il ?

Mais il y avait une question que personne ne semblait vouloir poser : Pourquoi ?

Pourquoi Michael Jackson était-il tellement stressé et paranoïaque qu'il ne pouvait même pas dormir sans qu’on lui injecte un flacon plein d'anesthésique dans le bras ? Je pense que la réponse se trouve dans les résultats de divers sondages effectués à la suite du procès de Michael Jackson.

Un sondage réalisé par Gallup quelques heures après le verdict a montré que 54% des Américains blancs et 48% de la population en général était en désaccord avec la décision du jury “non coupable”. Le sondage a également révélé que 62% des gens pensaient que le statut de célébrité de Jackson avait joué un rôle dans le verdict. 34% ont dit qu'ils étaient “attristés” par le verdict et 24% ont dit qu'ils étaient “scandalisés”. Dans un sondage de Fox News, 37% des participants ont dit que le verdict était “mauvais” tandis que 25% ont dit que “les célébrités achètent la justice”. Un sondage réalisé par People Weekly a révélé que 88% des lecteurs désapprouvaient la décision du jury.






Les médias ont fait de l’audience et de l’argent sur Jackson. Après avoir enduré un procès épuisant et horrifiant et des accusations hideuses, Michael Jackson aurait dû se sentir libéré lorsque le jury a rendu 14 verdicts unanimes de non culpabilité. Mais la couverture médiatique irresponsable du procès a empêché Jackson de se sentir vraiment libéré. Le système juridique l’avait peut-être déclaré innocent, mais le public, dans l'ensemble, continuait de penser autrement. Les accusations qui avaient été réfutées au tribunal n’étaient pas contestées dans la presse. Des témoignages fragiles ont été présentés comme des faits. Le travail de la défense a complètement été ignoré.

Interrogé sur ceux qui doutaient des verdicts, le jury a répondu : “Ils n’ont pas vu ce que nous avons vu."

Ils ont raison. Nous n'avons pas vu. Mais nous aurions dû. Et ceux qui ont refusé de nous dire la vérité occupent toujours leurs emplois, impunis et libres de refaire exactement la même chose à celui qu’ils choisiront.

Voilà ce que j'appelle l’injustice



Traduction Eva Léonetti ok1 ok1 ok1

_________________
Cléa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
suzysuzon
Encyclopédie musicale
Encyclopédie musicale
avatar

Féminin Messages : 5420
Date d'inscription : 10/08/2009
Age : 25
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: EPISODE LE PLUS HONTEUX DU JOURNALISME   Mer 16 Juin - 22:21

Cheyenne a écrit:
Et la traduction...elle est restée coincée dans ton ordinateur ... Laughing




mdr3 lol! mdr3 mdr3 mdr3 mdr3 lol!

Cheyenne , elle m'éclate mdr5 mdr5

Elle arrive toujours au bon moment et a toujours le mot qui me fait marrer



C'est Cheyenne qui tombe à pic, c'est Cheyenne qui vient de loin...... mdr3





Merci Cléa , de fait c'est chez Carole

BIZZZZZ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: EPISODE LE PLUS HONTEUX DU JOURNALISME   

Revenir en haut Aller en bas
 
EPISODE LE PLUS HONTEUX DU JOURNALISME
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Vidéo ] Honteux, triste... a vous de juger !
» 'Glee': Michael Jackson Tribute Episode
» [CINE] Star Wars - Episode 1 : La Menace Fantôme - 3D
» Episode 2.13 - God's Good Grace
» [120725] B1A4 @ Let’s Go Dream Team Season 2 Episode 139 (Anglais sous-titrées)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
resurrection-MJ :: LES MEMBRES :: Discussions divers-
Sauter vers: